• Ce n'est qu'un vent furtif que le bien de nos jours,
    Qu'une fumée en l'air, un songe peu durable ;
    Notre vie est un rien, à un point comparable,
    Si nous considérons ce qui dure toujours.

    L'homme se rend encor lui-même misérable,
    Ce peu de temps duquel il abrège ses jours
    Par mille passions, par mille vains discours,
    Tant la sotte raison le rend irraisonnable.

    Plus heureuses cent fois sont les bêtes sauvages,
    Cent fois sont plus heureux les oiseaux aux bocages
    Qui vivent pour le moins leur âge doucement.

    Ah ! que naître comme eux ne nous fait la Nature,
    Sans discours ni raison, vivant à l'aventure,
    Notre mal ne nous vient que de l'entendement.

    Jacques Vallée DES BARREAUX   (1599-1673)

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Espiègle ! j'ai bien vu tout ce que vous faisiez,
    Ce matin, dans le champ planté de cerisiers
    Où seule vous étiez, nu-tête, en robe blanche.
    Caché par le taillis, j'observais. Une branche,
    Lourde sous les fruits mûrs, vous barrait le chemin
    Et se trouvait à la hauteur de votre main.
    Or, vous avez cueilli des cerises vermeilles,
    Coquette ! et les avez mises à vos oreilles,
    Tandis qu'un vent léger dans vos boucles jouait.
    Alors, vous asseyant pour cueillir un bleuet
    Dans l'herbe, et puis un autre, et puis un autre encore,
    Vous les avez piqués dans vos cheveux d'aurore ;
    Et, les bras recourbés sur votre front fleuri,
    Assise dans le vert gazon, vous avez ri ;
    Et vos joyeuses dents jetaient une étincelle.
    Mais pendant ce temps-là, ma belle demoiselle,
    Un seul témoin, qui vous gardera le secret,
    Tout heureux de vous voir heureuse, comparait,
    Sur votre frais visage animé par les brises,
    Vos regards aux bleuets, vos lèvres aux cerises.

    (Recueil : Promenades et Intérieurs.)

    François Coppée

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le berger :
    Attention

     

    Chantons les amours de Lubin,
    Nuit et jour il soupire en vain :
    Hélas ! sans espérance.
    Lise, pourtant, l'aime en secret ;
    Mais il l'ignore, et n'oserait
    Parler de sa, parler de sa,
    Parler de sa constance.


    Content d'admirer ses attraits,
    Il n'ose approcher de trop près,
    Tant Lubin est honnête :
    Il croit, sans se rendre suspect,
    Qu'on doit, à force de respect,
    Mériter sa, mériter sa,
    Mériter sa conquête.

    Lise, un beau jour, d'un air coquet,
    Lui dit: suis-moi dans le bosquet ;
    Il court plein d'allégresse,
    Charmé de pouvoir à l'écart,
    Loin de tout importun regard,
    Lui montrer sa, lui montrer sa,
    Lui montrer sa sagesse.

    Voyez, dit-il, cet instrument
    Qui s'anime si tendrement,
    Du coeur, c'est l'interprète.
    Il dit ces mots d'un ton malin,
    Et tout aussitôt dans sa main
    Il lui mit sa, il lui mit sa,
    Il lui mit sa musette.

    Lise la prit nonchalamment ;
    La belle était en ce moment
    Assise sur l'herbette.
    Ses jupons étaient un peu courts ;
    Le berger s'enflammait toujours,
    Il lui prit sa, il lui prit sa,
    Il lui prit sa houlette.

    Puis il alla cueillir le thym,
    La violette et le jasmin,
    Le muguet, la lavande.
    Il revint tout chargé de fleurs,
    Lise en respirait les odeurs,
    Il lui mit sa, il lui mit sa,
    Il lui mit sa guirlande.

    Comme il en ornait ses beaux bras,
    La belle ayant fait un faux pas,
    Tomba sur la verdure ;
    Ses blonds cheveux flottaient au vent ;
    Lubin sans perdre un seul instant,
    Lui remit sa, lui remit sa,
    Lui remit sa coiffure.

    Tandis qu'il prend un soin si doux,
    Lise s'assied sur ses genoux
    D'un petit air d'aisance.
    Eh quoi, dit-il, seulette ici,
    Sur un berger placée ainsi,
    Sentez-vous sa, sentez-vous sa,
    Sentez-vous sa prudence ?

    Au village ils sont de retour,
    Lise abjurant un sot amour ;
    Et fier de sa prouesse,
    Lubin s'écriait tout joyeux :
    Peut-être, dans un an, ou deux,
    J'obtiendrai sa, j'obtiendrai sa,
    J'obtiendrai sa tendresse.

     

    Charles BORDES   (1711-1781)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire

  • Ma mère, que je l'aime en ce portrait ancien,
    Peint aux jours glorieux qu'elle était jeune fille,
    Le front couleur de lys et le regard qui brille
    Comme un éblouissant miroir vénitien !

    Ma mère que voici n'est plus du tout la même ;
    Les rides ont creusé le beau marbre frontal ;
    Elle a perdu l'éclat du temps sentimental
    Où son hymen chanta comme un rose poème.

    Aujourd'hui je compare, et j'en suis triste aussi,
    Ce front nimbé de joie et ce front de souci,
    Soleil d'or, brouillard dense au couchant des années.

    Mais, mystère du coeur qui ne peut s'éclairer !
    Comment puis-je sourire à ces lèvres fanées !
    Au portrait qui sourit, comment puis-je pleurer !

    Emile NELLIGAN   (1879-1941)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Si tu m’attends, je reviendrai.
    Mais attends moi très fort, très fort,
    Attends, quand la pluie jaune
    Apporte la tristesse,
    Attends quand la neige tournoie,
    Attends quand triomphe l’été,
    Attends quand le passé s’oublie
    Et qu’on n’attends plus les autres.
    Attends quand des pays lointains
    Il ne viendra plus de courrier,
    Attends, lorsque seront lassés
    Ceux qui avec toi attendaient.

    Si tu m’attends, je reviendrai.
    Ne leur pardonne pas, à ceux
    Qui vont trouver les mots pour dire
    Qu’est venu le temps de l’oubli.
    Et s’ils croient, mon fils et ma mère,
    S’ils croient que je ne suis plus,
    Si les amis, las de m’attendre,
    Viennent s’asseoir auprès du feu,
    Et s’ils portent un toast funèbre
    A la mémoire de mon âme…
    Attends. Attends et avec eux
    Refuse de lever ton verre.

    Si tu m’attends, je reviendrai
    En dépit de toutes les morts.
    Et qui ne m’a pas attendu
    Peut bien dire : « c’est de la veine ».
    Ceux qui ne m’ont pas attendu,
    D’où le comprendraient-ils, comment,
    En plein milieu du feu,
    Ton attente
    M’a sauvé.
    Comment j’ai survécu, seuls toi et moi
    Nous le saurons, -
    C’est bien simple, tu auras su m’attendre
    Comme personne.

    Traduction de Jean Marcenac

     

    Constantin Simonov (de son vrai nom Kirill Mikhailovitch Simonov) est un poète, scénariste, et journaliste soviétique. Il est l'un des principaux écrivains de guerre soviétique.

    Constantin Simonov a commencé sa carrière dans le journal de l’armée rouge, Krasnaya Zvezda (l’Etoile Rouge), pendant le conflit militaire en Mongolie. Il y est resté pendant toute la durée de la Seconde Guerre Mondiale.

    Parallèlement, il a publié des poèmes dans lesquels il exprime les sentiments personnels, presque intimes, des simples soldats : la douleur de la séparation avec l’être aimé: son poème Attends-moi (Жди меня, 1943), où un soldat demande à sa fiancée d’attendre son retour de la guerre. Le poème était adressé à la comédienne Valentina Serova, sa première femme. Ce poème était très populaire à l‘époque et reste l’un des plus connus en langue russe.

    A la fin de la guerre, Constantin Simonov était devenu, à l’âge de trente ans, un des écrivains les plus connus de sa génération. Il reçut six fois le prix Staline et deux fois le prix Lénine pour ses différentes œuvres et occupa à partir de 1947 des postes importants au sein de l’Union des Écrivains soviétiques, tel celui de rédacteur en chef de Novyi Mir (de 1946 à 1950 puis de 1954 à 1958) et de Literatournaya gazeta (1950-1953)- le journal officiel de l’Union des Ecrivains.

    La publication de la première partie de son œuvre, la trilogie Jivye i Mertvye (Les Vivants et les Morts), en 1962 a propulsé Constantin Simonov au premier rang des écrivains soviétiques officiels. Il a conservé cette notoriété jusqu’à sa mort en 1979 et consacra exclusivement son travail à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale qui fut l’expérience la plus traumatisante de sa vie.

    Le travail d’historien sur la Seconde Guerre Mondiale aura tout de même permis Simonov de reconnaître les erreurs de Staline et finalement de prendre de la distance avec l’image qu’il cultivait auparavant du petit père des peuples.

    Cet écrivain reste peu connu en France malgré quelques traductions de ses œuvres, ainsi qu’une co-écriture avec Elsa Triolet et Charles Spaak, du scénario du film Normandie-Niémen (sorti sur les écrans en février 1960).

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique