• Je t'apporte un iris cueilli dans une eau sombre
    Pour toi, nymphe des bois, par moi, nymphe de l'eau,
    C'est l'iris des marais immobiles, roseau
    Rigide, oú triste, oscille une fleur lourde d'ombre.

    J'ai brisé, qui semblait un bleu regard de l'air,
    L'iris du silence et des fabuleux rivages;
    J'ai pris la tige verte entre mes doigts sauvages
    Et j'ai mordu la fleur comme une faible chair.

    Les gestes et les fleurs, ô sereine ingénue,
    Parleront pour ma bouche impatiente et nue,
    Où brûlent mes désirs et l'espoir de tes mains:
    Accueille ici mon âme étrangement fleurie
    Et montre á mes pieds par quels obscurs chemins
    Je mêlerai ta honte á ma vaste incurie.

    Pierre Louÿs "Les chansons de Bilitis"

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Je baiserai d'un bout à l'autre les longues ailes
    noires de ta nuque, ô doux oiseau, colombe prise, dont
    le coeur bondit sous ma main.

    Je prendrai ta bouche dans ma bouche comme un
    enfant prend le sein de sa mère. Frissonne !...
    car le baiser pénètre pofondément et suffirait à l'amour.

    Je promènerai ma langue légère sur tes bras,
    autour de ton cou, et je ferai tourner sur tes côtes
    chatouilleuses la caresse étirante des ongles.

    Ecoute bruire en ton oreille toute la rumeur de la
    mer... Mnasidika ! ton regard me fait mal. J'enfermerai
    dans mon baiser tes paupières brûlantes comme des lèvres.

    Pierre Louÿs - Les chansons de Bilitis

    Partager via Gmail

    votre commentaire


  • On ne sait pourquoi cet homme prit naissance.
    Et pourquoi mourut-il ? On ne l'a pas connu.
    Il vint nu dans ce monde, et, pour comble de chance,
    Partit comme il était venu.

    La gaîté, le chagrin, l'espérance, la crainte,
    Ensemble ou tour à tour ont fait battre son coeur.
    Ses lèvres n'ignoraient le rire ni la plainte.
    Son oeil fut sincère et moqueur.

    Il mangeait, il buvait, il dormait ; puis, morose,
    Recommençait encor dormir, boire et manger ;
    Et chaque jour c'était toujours la même chose,
    La même chose pour changer.

    Il fit le bien, et vit que c'était des chimères.
    Il fit le mal ; le mal le laissa sans remords.
    Il avait des amis ; amitiés éphémères !
    Des ennemis ; mais ils sont morts.

    Il aima. Son amour d'une autre fut suivie,
    Et de plusieurs. Sur tout le dégoût vint s'asseoir.
    Et cet homme a passé comme passe la vie
    Entrez, sortez, et puis bonsoir !

    Jean RICHEPIN (1849-1926)

    Partager via Gmail

    votre commentaire



  • Comme un bétail pensif sur le sable couchées,
    Elles tournent leurs yeux vers l'horizon des mers,
    Et leurs pieds se cherchant et leurs mains rapprochées
    Ont de douces langueurs et des frissons amers.

    Les unes, coeurs épris des longues confidences,
    Dans le fond des bosquets où jasent les ruisseaux,
    Vont épelant l'amour des craintives enfances
    Et creusent le bois vert des jeunes arbrisseaux ;

    D'autres, comme des soeurs, marchent lentes et graves
    A travers les rochers pleins d'apparitions,
    Où saint Antoine a vu surgir comme des laves
    Les seins nus et pourprés de ses tentations ;

    Il en est, aux lueurs des résines croulantes,
    Qui dans le creux muet des vieux antres païens
    T'appellent au secours de leurs fièvres hurlantes,
    Ô Bacchus, endormeur des remords anciens !

    Et d'autres, dont la gorge aime les scapulaires,
    Qui, recélant un fouet sous leurs longs vêtements,
    Mêlent, dans le bois sombre et les nuits solitaires,
    L'écume du plaisir aux larmes des tourments.

    Ô vierges, ô démons, ô monstres, ô martyres,
    De la réalité grands esprits contempteurs,
    Chercheuses d'infini, dévotes et satyres,
    Tantôt pleines de cris, tantôt pleines de pleurs,

    Vous que dans votre enfer mon âme a poursuivies,
    Pauvres soeurs, je vous aime autant que je vous plains,
    Pour vos mornes douleurs, vos soifs inassouvies,
    Et les urnes d'amour dont vos grands coeurs sont pleins !

     

    Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

    J’aspire auprès de toi le silence et le charme
    Des nuits où la douleur se plaît à demeurer,
    Toi qu’on ne voit jamais essuyer une larme,
    Mais dont parfois j’entends la grande âme pleurer.

    Le cristal réfléchit tes chastes attitudes,
    Et tu fuis le factice et le faste et le fard.
    Tes lèvres ont le pli muet des solitudes
    Et l’accent des bonheurs qui nous viennent trop tard.

     


    Le décor de ton rêve est la chambre sereine
    Où meurt languissamment le bruit lointain des eaux.
    Les souffles de la mer n’ont soulevé qu’à peine
    Le soir perpétuel sous l’ombre des rideaux.

    Iône ou Viola, ton nom d’Inspiratrice
    Évoque les sons d’orgue et les graves couleurs.
    Tu pares les jardins, et, comme Béatrice,
    Tu sembles émerger d’un nuage de fleurs.

    Vers toi le songe pur de mon âme s’élève,
    Mon angoisse ne cherche point à s’apaiser,
    Car tu m’es inconnue et n’existes qu’en rêve,
    Et je n’apprendrai pas le goût de ton baiser.

    Evocation, Renée Vivien

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique