•  

     La sensualité est une femme habillée de mystère

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Qui n'a pas rencontré, au moins une fois, dans son existence un "beau parleur"?  Qui est-il? C'est un individu d'une "race" très particulière.
    Éloquent, il s'exprime avec beaucoup d'aisance, toujours sincère,  visant juste. Habile poète, il pratique son art de séducteur comme un violon, ses mots sont  envoutants comme les cordes de ce divin et le plus parfait des instruments.  Il tisse sa toile, telle une araignée, à coups de bons mots dont il connait si bien leurs vraie nature et leurs force: frivoles, vifs mais toujours rattrapables et regrettables...

    Il ne se montre que très rarement, son "nid" se trouve en général dans un endroit calme, où il ne court aucun risque d'être dérangé pour dessiner la carte des routes pour piéger ses proies...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Dans un pays dirigé par les "handicapés",  accuser quelqu'un d’handicapé est condamnable pénalement.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Jazz, c'est un mélange d'élégance et de souplesse , la magie de l'instant, un léger détachement, un équilibre fragile et émouvant.
    Jouer du jazz c'est comme raconter une histoire.
    Une fois la musique envolée et le morceau terminé, il ne doit rester que du bonheur...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  • Silhouette :
    Attention

    X, mystérieux et inquiétant personnage, était chasseur de rêve.
    Cette nuit là, la chasse n'était pas très prolifique: un petit rêve bleu, c'est tout ce qu'il a réussit à capturer. Alors qu'il continuait à attraper quelque chose de plus somptueux, il aperçut une silhouette habillée de rouge. Elle regardait le ciel. Lorsqu'il s'assit à ses côtés, elle ne sembla pas surprise.
    - Tu t’appelles comment ?
    - Sourire
    - Ce n’est pas un nom !
    - C’est exacte. Je suis le Sourire, répondit-elle sans le regarder. Elle n’avait aucune envie d’entamer une conversation quelconque avec  cet inconnu, elle avait mieux à faire. Elle s’est égarée ici bas et cherchait  le moyen de retourner sur  son île de sentiments. Sa vie, heureuse et paisible, se déroulait en parfaite harmonie avec tous les sentiments humains qui s’y côtoyaient. Repérer les âmes en peine était sa seule préoccupation.  Elle se sentait concernée par tous les abattus, attristés, chagrinés, troublés, contrariés, désespérés …  Attentive à leurs souffrances, elle s’empressait  à les consoler en offrant ce qu’elle avait de plus précieux, le sourire.

    Le mystérieux X reste la bouche bée. Le sourire en personne. Quel culot ! Il essaie d’attirer  son attention, mais elle continue à regarder le ciel, comme si il n’existait pas. Elle fait exprès de m’ignorer ou alors il y a vraiment quelque chose la haut, quelque chose qu’elle est la seule à percevoir.
    A son tour il regarde le ciel mais n’y voit rien d’exceptionnel, quelques étoiles  et rien de plus.
    Cela fait longtemps qu’il exerce ce métier. Des rêves, il en a attrapé  de toutes sortes, il a même pris l’habitude de les classer par catégorie. En le faisant il s’en est aperçu que les rêves tristes et lugubres étaient beaucoup plus nombreux.

     Il continuait à regarder le ciel et les souvenirs lui revenaient. Le ciel était devenu  un écran géant sur le quel défilaient  des pays lointains, des forêts sauvages, des créatures fantastiques… Tout ça était flou et confus. Aucun de ses souvenirs n’était gai, il ne voyait que la douleur.  La vie n’est pas faite que de la souffrance, en tout cas il refusait de l’admettre.  Sans doute, il y avait dans ses existences des moments joyeux mais ils n’étaient pas nombreux. Les avait-il jamais connus ? Ils ont disparus dans un océan de souffrances. Pourquoi ? Et voilà qu’à travers ses images une silhouette de femme commençait à se dessiner. Elle portait une robe rouge. Sa silhouette  lui semblait de plus en plus familière, surtout ses yeux noirs et profonds. Ils exprimaient une inquiétude. Il était de plus en plus convaincu de l’avoir connu. Où, quand et comment ?
    Immobile sur ce banc dans la tranquillité absolue et dans le chaos de souvenirs indécis, de pensées éparses, X était désappointé. Il ferma les yeux.  Le sentiment étrange d’avoir quitté le monde de souvenirs douloureux l’a réjoui. Il souriait. Quand il a rouvert les yeux une silhouette habillée en rouge avait disparu…

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique