•  


    Je fais ce que je peux. Avec mes silence et le reste. Avec mes peurs de bête. Avec mes cris d'enfants qui ne débordent plus. Je fais ce que je peux. Dans ce petit bain de cruauté et de lumière. Dans les éclats de sucre et de mensonge. Dans la délicatesse. Dans la violence du temps qui piétine nos rêves. Dans nos petits pataugements précieux. Un matin après l'autre. Un mot sur le suivant. Je fais comme tout le monde. Avec le ciel et sans les dieux.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Tu es là. Avec moi.Tu me regarde au fond des yeux.  C'est bien la première fois que tu oses . Cette audace est troublante. J'aimerais comprendre. Que veux-tu? Savoir si j'ai encore envie d'aller voir dehors ce qui se passe? Je te demande si tu es heureux. Tu me regardes. Attentif au mot. Tu réfléchis. Longtemps. J'ai peur que tu as oublié ma question. J'entends ta voix ... "Ni heureux, ni malheureux". Je te regarde. Tu es bien là. C'est ta vraie réponse. Une désolation flotte dans tes yeux. Tu as un geste qui balaie le monde entier, et tu
    ajoutes ... "Rien".

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Sous la peur, la superstition, obsédante et troublante, envahit notre esprit par les croyances folles... 

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Il n'y a pas de passé. Il n'y a qu'aujourd'hui et, dans aujourd'hui, serrés et brûlants comme à l'intérieur d'une clochette de muguet, tous les morts que nous avons aimés.

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique