• Espiègle ! j'ai bien vu tout ce que vous faisiez,
    Ce matin, dans le champ planté de cerisiers
    Où seule vous étiez, nu-tête, en robe blanche.
    Caché par le taillis, j'observais. Une branche,
    Lourde sous les fruits mûrs, vous barrait le chemin
    Et se trouvait à la hauteur de votre main.
    Or, vous avez cueilli des cerises vermeilles,
    Coquette ! et les avez mises à vos oreilles,
    Tandis qu'un vent léger dans vos boucles jouait.
    Alors, vous asseyant pour cueillir un bleuet
    Dans l'herbe, et puis un autre, et puis un autre encore,
    Vous les avez piqués dans vos cheveux d'aurore ;
    Et, les bras recourbés sur votre front fleuri,
    Assise dans le vert gazon, vous avez ri ;
    Et vos joyeuses dents jetaient une étincelle.
    Mais pendant ce temps-là, ma belle demoiselle,
    Un seul témoin, qui vous gardera le secret,
    Tout heureux de vous voir heureuse, comparait,
    Sur votre frais visage animé par les brises,
    Vos regards aux bleuets, vos lèvres aux cerises.

    (Recueil : Promenades et Intérieurs.)

    François Coppée

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Un regard qui ne voit rien demeure-t-il toujours un regard? Une conscience de rien reste-t-elle une conscience? Une conscience de rien ne devient-elle pas un rien de conscience?
    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Corps :
    Attention

     

    Son corps reposait sur le drap, nu, moiré par l'ombre, la lune n'éclairant que son flanc et ses épaules. Gaspard se leva et ouvrit la fenêtre; la pièce sentait l'amour, l'odeur fade du plaisir de l'homme, et celle citronnée, musquée, de la femelle. Il la regarda encore. Sa respiration était profonde, sensuelle, on eût dit que l'air s'engouffrant dans son corps la chauffait, la caressait jusqu'à ce qu'elle l'expire. La noblesse d'un animal, pensa-t-il, cette noblesse naturelle, les membres déliés, ce corps qui fait un, et qui n'est pas la vulgaire somme d'éléments divers, de jolis seins, de jolies fesses, un beau minois. Ici il n'y avait rien à détailler. Il écouta son souffle régulier, la fragilité de la vie en elle; il réalisa qu'avec sa force d'homme, cent fois dans la nuit il aurait pu la blesser; il songea avec délices que par trois fois, dans leurs transports, sous l'effet du plaisir, elle avait manqué l'étrangler. Il connut la tendresse et voulut l'embrasser sur le front; un grognement agressif lui répondit.

    "La secte des égoïstes" Eric-Emmanuel Schmitt

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires