• Images mentales

    (...) il existe en outre des images mentales d'un genre beaucoup plus abstrait et visionnaire : des images de quelque chose qui, sans jamais avoir été vu par l'oeil physique, peut devenir un modèle propice à l'exploration de la réalité pour peu que l'imagination créatrice s'en saisisse.
     
    "Portrait du cerveau en artiste" Pierre Lemarquis
    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Un regard qui ne voit rien demeure-t-il toujours un regard? Une conscience de rien reste-t-elle une conscience? Une conscience de rien ne devient-elle pas un rien de conscience?
    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Les yeux ne servent pas qu'à voir. Ils servent aussi à croiser les regards et échanger nos affects. Le ballet des regards et des mots parfaitement synchronisé, utilise l'espace entre les corps. Le rythme des échanges permet d’emboîter les locuteurs comme deux danseurs conversationnels.

    Boris Cyrulnik

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le piano :
    Attention

    Les couleurs sont les touches d'un clavier, les yeux sont les marteaux, et l'âme est le piano lui-même, aux cordes nombreuses, qui entrent en vibration.

    Du spirituel dans l'art et dans la peinture en particulier (1911) 
    Wassily Kandinsky

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • Des yeux qui ont longtemps regardé la mer !. .. oh ! les yeux clairs et lointains des matelots, les yeux d'eau salée des Bretons, les yeux d'eau douce des mariniers, les yeux d'eau de source des Celtes, les yeux de rêve et de transparence infinie des riverains des fleuves et des lacs, les yeux qu'on retrouve parfois dans les montagnes, dans le Tyrol et dans les Pyrénées ; des yeux où il y a des ciels, de grandes étendues, des aubes et des crépuscules longuement contemplés sur des immensités d'eaux, de roches ou de plaines ; des yeux où sont entrés et où sont restés tant et tant d'horizons ! Comment n'ai-je pas songé plus tôt à tous ces yeux déjà rencontrés ? Je m'explique maintenant mes lentes promenades attardées le long des quais et dans les ports.

    Monsieur de Phocas - Jean Lorrain

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique