•  

    Ce qu'on met de soi dans l'autre est infiniment plus vaste que ce qu'on croit lui confier. Quelquefois c'est sa propre vie, d'autres fois c'est son âme, sa vocation, sa sauvagerie, sa misère, une dette ancestrale, c'est toujours exorbitant, une valeur passée en douce, clandestine, que l'on s'échange dès le premier regard.

    En cas d'amour - Anne Dufourmantelle

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Voulant m’obliger à commenter les photos d’un reportage sur les « urgences », je déchire au fur et à mesure les notes que je prends. Quoi, rien à dire de la mort, du suicide, de la blessure, de l’accident ? Non, rien à dire de ces photos où je vois des blouses blanches, des brancards, des corps étendus à terre, des bris de verre, etc. Ah, s’il y avait seulement un regard, le regard d’un sujet, si quelqu’un, dans la photo, me regardait ! Car la Photographie a ce pouvoir — qu’elle perd de plus en plus, la pose frontale étant ordinairement jugée archaïque — de me regarder (voilà au reste une nouvelle différence : dans le film, personne ne me regarde jamais : c’est interdit — par la Fiction).

    Le regard photographique a quelque chose de paradoxal que l’on retrouve parfois dans la vie : l’autre jour, au café, un adolescent, seul, parcourait des yeux la salle ; parfois son regard se posait sur moi ; j’avais alors la certitude qu’il me regardait sans pourtant être sûr qu’il me: distorsion inconcevable : comment regarder sans voir ? On dirait que la Photographie sépare l’attention de la perception, et ne livre que la première, pourtant impossible sans la seconde ; c’est, chose aberrante, une noèse sans noème, un acte de pensée sans pensée, une visée sans cible. Et c’est pourtant ce mouvement scandaleux qui produit la plus rare qualité d’un air. Voilà le paradoxe : comment peut-on avoir l’air intelligent sans penser à rien d’intelligent, en regardant ce morceau de Bakélite noire ? C’est que le regard, faisant l’économie de la vision, semble retenu par quelque chose d’intérieur. Ce jeune garçon pauvre qui tient un jeune chien à peine né dans ses mains et penche sa joue vers lui (Kertész, 1928) , regarde l’objectif de ses yeux tristes, jaloux, peureux : quelle pensivité pitoyable, déchirante ! En fait, il ne regarde rien ; il retient vers le dedans son amour et sa peur : c’est cela, le Regard.

    Or, le regard, s’il insiste (à plus forte raison s’il dure, traverse, avec la photographie, le Temps), le regard est toujours virtuellement fou : il est à la fois effet de vérité et effet de folie. En 1881, animés d’un bel esprit scientifique et procédant à une enquête sur la physiognomonie des malades, Galton et Mohamed publièrent des planches de visages. On conclut, bien sûr, que la maladie ne pouvait s’y lire. Mais comme tous ces malades me regardent encore, près de cent ans plus tard, j’ai, moi, l’idée inverse : que quiconque regarde droit dans les yeux est fou.

    Tel serait le " destin " de la Photographie : en me donnant à croire ( il est vrai une fois sur combien? ) que j'ai trouvé "la vraie photographie totale", elle accomplit la confusion inouïe de la réalité  ( "Cela a été" ) et de la vérité ( "C'est ça!" ) ; elle devient à la fois constative et exclamative ; elle porte l'effigie à ce point fou où l'affect (l'amour, la compassion, le deuil, l'élan, le désir ) est garant de l'être.

    Elle approche alors, effectivement, de la folie, rejoint la « vérité folle ».

    "La chambre claire" Roland Barthès

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • "...il avait les yeux gris foncé, mais ses traits accusaient l’absence de toute idée profonde et arrêtée.

    La pensée, comme un oiseau, se promenait librement sur son visage, voltigeait dans ses yeux, se posait sur ses lèvres à demi ouvertes et se cachait dans les plis de son front, pour disparaître ensuite tout à fait ; alors, sur toute la physionomie s’étendait une teinte uniforme d’insouciance. L’insouciance se répandait de là dans les poses du corps et jusque dans les plis de la robe de chambre.

    Quelquefois le regard devenait terne et exprimait la fatigue ou l’ennui ; mais ni la fatigue ni l’ennui ne pouvaient, même pour un instant, altérer la douceur de la physionomie, tant cette douceur, qui était l’expression habituelle, non-seulement du visage, mais de l’âme, se peignait clairement dans les regards, le sourire et dans chaque mouvement de la tête et de la main.

    Un observateur froid et superficiel qui eût jeté un coup d’œil en passant sur Oblomoff, aurait dit : « Ce doit être un bon enfant, un homme qui a le cœur sur la main. » Mais un philosophe doué d’un cœur plus chaud et d’une intelligence plus vive, après avoir longtemps regardé Élie, aurait emporté de cet examen une très-agréable impression.

    Le teint d’Oblomoff n’était ni rose, ni brun, ni positivement pâle, mais d’une couleur vague ; il peut se faire qu’il parût ainsi parce qu’Élie s’était affaissé avant l’âge : était-ce par suite du manque d’air ou du manque d’exercice ? peut-être de l’un et de l’autre.

    Si du fond de l’âme s’élevait un nuage de soucis qui l’assombrissait, son front se plissait et on y apercevait la lutte du doute, de la tristesse et de la crainte ; mais rarement cette lutte aboutissait à une idée arrêtée, et plus rarement encore se résumait dans une résolution. Elle s’évaporait en un soupir et s’évanouissait dans l’apathie et la somnolence. Comme le costume habituel d’Élie allait bien à la placidité de sa figure et à la mollesse de son corps ! Il portait un khalate à la persane, mais un khalate véritablement oriental qui ne rappelait en rien l’Europe, sans houppe, ni velours, ni taille, – si ample qu’Oblomoff aurait pu s’en envelopper deux fois. Il serait encore resté assez d’étoffe pour l’habit de chasse d’un Parisien. Les manches, suivant l’usage invariable de l’Asie, allaient toujours en s’élargissant des doigts à l’épaule. Quoique ce khalate eût perdu de sa première fraîcheur, et par endroits eût remplacé son éclat primitif et naturel par un lustre acquis, il gardait néanmoins les brillantes couleurs de l’Orient, et le tissu en était encore solide. Aux yeux d’Élie, son khalate possédait mille qualités inappréciables : il était souple et moelleux, ne pesait nullement au corps et se pliait comme un esclave obéissant à ses moindres mouvements."

    "Oblomov" Ivan Gontcharov

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Elle marche dans sa beauté, semblable à la nuit des climats sans nuages et des cieux étoilés; tout ce qu'ont de plus beau la lumière et l'ombre est réuni dans ses traits et dans ses yeux, brillant de ces molles et tendres clartés que refuse le ciel à la splendeur du jour.

    Byron

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  


    Ton regard tout de rêve et d'attente
    Si offert à la transparence que jamais
    l'aube y dépose sa promesse
    Aube de la vie, aube de ta vie, attendant
    Qu'au fond de la nuit s'esquisse une âme sœur
    et lentement prenne corps l'être de ton rêve
    Sachant faire siens faim et soif, gel et flamme
    Suivre en silence le courant des murmures
    et remonter jusqu'à la source des larmes
    Faire fi des saisons, des lointains
    sur le long chemin qui mène vers toi
    Cueillir en passant roses d'été, pétales d'automne
    frissons de grillons, laudes de l'alouette
    Pénétrer l'intime de la moindre fibre
    des feuilles, des fleurs, puis des fruits
    Être humble assez pour entendre l'impalpable
    dévoiler l'indicible, épouser l'inouï
    Se dépouiller tel un arbre en hiver
    ouvert aux affres et aux effrois
    Dressant ses branches contre le ciel étoilé
    Franchissant une à une les couches de la nuit
    Et venir enfin
    au-devant de la transparence de l'aube

    Et te dire, avec l'évidence du jour,
    "me voici!"
     
    "Le livre du Vide médian"  François Cheng
    Partager via Gmail

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique