• Charles Bukowski (16 août 1920 – 9 mars 1994), écrivain américain d’origine allemande proche de la Beat Generation, est connu pour sa vie sulfureuse au moins autant que pour ses écrits (romans, nouvelles et poèmes) inspirés et inclassables. Après une enfance difficile, et déjà fortement marqué par l’alcool au début de l’âge adulte, Bukowski se forge un personnage de marginal, laid et rejeté, qui ne le quittera plus. Cependant, de nombreuses courtes lettres comme celle-ci montrent un Bukowski aussi philosophe que bienveillant.

    25 février 1994

    Salut Al_

    La solitude se fait de plus en plus douce.
    Un jour j’ai rencontré un type qui avait fait de la taule. Ils l’ont jeté dans le trou. Quand ils lui ont demandé : « Est-ce-que tu veux sortir maintenant ? » il a répondu : « Non. »
    Ils l’ont quand même mis dehors.
    Ils ont cru qu’il était cinglé.
    C’était l’un des hommes les plus sensés que j’aie jamais rencontrés.

    Eh oui, oui.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Tout allait de travers. Les gens s’accrochaient aveuglément à la première bouée de sauvetage venue : le communisme, la diététique, le zen, le surf, la danse classique, l’hypnotisme, la dynamique de groupe, les orgies, le vélo, l’herbe, le catholicisme, les haltères, les voyages, le retrait intérieur, la cuisine végétarienne, l’Inde, la peinture, l’écriture, la sculpture, la musique, la profession de chef d’orchestre, les balades sac à dos, le yoga, la copulation, le jeu, l’alcool, zoner, les yaourts surgelés, Beethoven, Bach, Bouddha, le Christ, le H, le jus de carotte, le suicide, les costumes sur mesure, les voyages en avion, New York City, et soudain, tout se cassait la gueule, tout partait en fumée. Il fallait bien que les gens trouvent quelque chose à faire en attendant de mourir. Pour ma part, je trouvais plutôt sympa qu’on ait le choix.

    "Women"

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Les femmes, c'étaient des hommes qui gagnent de l'argent qu'elle voulaient, des hommes qui aient de la classe. Combien y en avait-il de distinguées qui acceptaient de vivre avec des clodos? Bah! Je n'avais de tout façon pas envie d'une femme. En tout cas, pas pour vivre avec. Comment les hommes faisaient-ils pour vivre sans femmes? Qu'est-ce que ça signifiait? Non, moi, ce que je voulais, c'était une grotte dans le Colorado, avec de quoi boire et bouffer pendant trois ans. Mon cul, je me le torcherai avec du sable.

    "Souvenir d'un pas grand-chose"

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Comme n'importe qui vous le dira, je ne suis pas un homme très affable. Les gens affables me donnent envie de dormir. J'ai toujours admiré les méchants, les hors-la-loi, les fils de pute. Je n'aime pas les petits gars rasés de près, portant cravate et nantis d'un bon boulot. J'aime les hommes désespérés, les hommes aux dents brisées et aux manières brusques. Ils m'intéressent. Ils ménagent plein de surprises et d'explosions. J'aime également les femmes de mauvaise vie, les pochardes vicieuses et fortes en gueule aux bas avachis et au visage ravagé dégoulinant de mascara. Les pervers m'intéressent davantage que les saints. Quand je suis avec des ratés, je me sens bien, étant moi-même un raté. Je n'aime pas loi, la morale, la religion, les règlements. Je refuse d'être modelé par la société.

    "Au sud de nulle part" Charles Bukowski

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    A quoi sert le mariage? A sanctifier la BAISE, jusqu'à ce qu'elle tombe inévitablement dans l'ENNUI, jusqu'à ce qu'elle devienne un BOULOT.
    "Contes de la folie ordinaire"
    Charles Bukowski
    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique